Vous êtes sur : Accueil › L'éditorial - Combien d’arrêts jusqu’au terminus ?

L'éditorial - Combien d’arrêts jusqu’au terminus ?

Publié le 10/04/2015 à 07h00, dans Edito | par Pierre Lasterra
L'éditorial - Combien d’arrêts jusqu’au terminus ? © DR

 

Défavorable. C’est l’avis qu’a rendu la commission d’enquête, le 27 mars, au sujet de la réalisation de nouvelles lignes de chemin de fer à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse. Un avis défavorable qui vient encore alourdir l’image d’un Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) qui n’avait pas besoin de ça pour être impopulaire. Et dans toutes les acceptions du terme, d’ailleurs. En effet, dans son volet “Bordeaux- Espagne”, le GPSO avait déjà reçu le 16 février un avis favorable mais peu enthousiaste – c’est-à-dire avec réserve sur la déclaration d’utilité publique du projet – sur les aménagements ferroviaires à réaliser au sud de Bordeaux. Dix jours plus tard, cette fois dans son volet “Bordeaux-Toulouse” et à propos des aménagements au nord de la capitale occitane, le GPSO recevait un avis défavorable sur la déclaration d’utilité publique. Décidément. C’est qu’elles ont l’air un peu longues à la comprenette, toutes ces commissions d’enquête, auprès desquelles n’a pas encore triomphé le caractère « essentiel » de ce magnifique projet. Car, pincez-vous, c’est bien d’un « projet essentiel » dont parle SNCF Réseau (ex-RFF) sur internet. Un projet qui, ça va de soi, profiterait à tous et à chacun. Avec une vitesse toujours plus grande, sur des voies toujours plus dédiées, il rapprocherait comme jamais les cœurs et les âmes des uns et des autres. Bayonnais comme Bordelais et Parisiens, qui se manquent tellement, comme on sait. En libérant des lignes – bientôt rendues obsolètes pour les voyageurs, ça va de soi aussi – pour les transports de marchandise, il ferait aussi du bien à notre environnement. Et non content de tous mieux respirer grâce au GPSO, voilà que s’ouvriraient enfin à nous « les portes de l’Espagne et du sud de l’Europe », ces mystérieuses contrées de tout temps obscures, située par-delà les Pyrénées, et dont il paraît qu’on ne revient pas... Le tout accessible à chacun, on l’imagine, pour quelques euros seulement le billet. C’est vrai, le TGV “à l’ancienne” ne coûte presque rien, alors, comment en douter ?

Dans ses conclusions, la commission d’enquête dit bien sûr tout le contraire. Elle y voit un projet très cher, dont l’utilité et les bienfaits sur l’activité économique ne sont pas démontrés, et dont l’impact sur l’environnement n’a pas fait l’objet d’analyses sérieuses. Sans compter l’impopularité – en langage techno, on dit « acceptation sociale » – rencontrée par le projet auprès des populations concernées. Bref, le GPSO n’est pas vraiment un train qui arrive à l’heure. Pour autant, l’avis défavorable étant consultatif, il n’est pas encore, non plus, au terminus.

 

5 COMMENTAIRES »
Par association egee
Le le 11/04/2015 à 11h38
on pourrait rêver d'un TGV arrivant à Bayonne sans abîmer les Landes : non ? ensuite jusqu'à l'Espagne faire une jonction grâce à la voie existante améliorée, malgré les assertions de RFF/SNCF qui nous fait croire que la ligne est surchargée alors même qu'on a supprimé tous les trains de nuit et que ces entreprises ne sont pas capables de cadencer les liaisons : il est vrai que si on supprime des services il y a moins de voyageurs CQFD !! Certes les Parisiens ne rêvent pas du Pays Basque tous les jours, mais nous serons bien contents de les voir arriver vite, au moins jusqu'à Bordeaux. Car ensuite c'est bien pénible de mettre plus d'une heure et demie d'Hendaye à la capitale Région. Tous nos élus se gargarisent avec des "liaisons inter métropoles", mais essayez d'aller à Toulouse ( plus de 2H30), Limoges ( j'ose à peine calculer )...
Par pascal mathieu
Le le 11/04/2015 à 17h58
bravo pour ce très joli papier, où l'humour le dispute à la lucidité et au bon sens. Puisse-t-il être largement partagé...
Par Pierre Recarte
Le le 11/04/2015 à 19h08
Très bon article. Une erreur cependant: le 16 février c'est l'aménagement en sortie de Bordeaux qui a reçu un avis favorable ET NON "LE VOLET BORDEAUX-ESPAGNE". La 2ème enquête publique portait sur Bordeaux-Dax ET Bordeaux-Toulouse: l'avis a été défavorable POUR CES DEUX LIGNES. La 3ème enquête portait sur les aménagements au nord de Toulouse, l'avis a été aussi défavorable
Par Pierre Recarte
Le le 11/04/2015 à 19h49
Veuillez ne pas tenir compte de mon commentaire précédent, j'ai peut être lu trop rapidement l'édito. A sa relecture il me paraît bien clair et l'on comprend bien que l'avis défavorable a été donné sur Bordeaux-Dax ET Bordeaux-Toulouse. Mille excuses
Par association egee
Le le 16/04/2015 à 09h56
je me permets de compléter mon avis du 11 courant : la sncf va mettre en place entre Toulouse et San Sebastien ( enfin?..) un....................bus ! c'est bizarre qu'on entende personne ( je pense aux écologistes) sur le sujet. Merci de m'avoir lu. JDA
REAGIR »

Identifiez-vous

Enregistrez-vous

^ Haut de page