Vous êtes sur : Accueil › L'édito - Le suicide assisté à la française

L'édito - Le suicide assisté à la française

Publié le 27/05/2016 à 09h57, dans Edito | par Hubert de Caslou
L'édito - Le suicide assisté à la française ©

Tout le monde aime la liberté d’expression. « En illimité », disaient en chœur tous les Charlie de 2015.

Même au prix du sang versé.
Aujourd’hui, quelques irréductibles, CGT en tête, pensent que le droit de grève, une des libertés certes essentielles de nos démocraties, concède aussi un droit illimité de tout dire et tout faire au nom de « la » liberté.
Mais au risque du sang versé des autres !
Or, celui qui «abreuve les sillons» ne vaut que pour la défense de l’intérêt supérieur, jamais pour celle des intérêts particuliers, personnels... Égoïstes, souvent.
Bien sûr que la loi du travail doit évoluer, c’est la conviction partagée par le plus grand nombre, à droite comme à gauche. Si on ne le fait pas, la libéralisation des marchés, la digitalisation du monde, les nouvelles concurrences nous l’imposeront dans une douleur plus forte encore, et sur des modes qui auront totalement oublié le modèle social français, si «envié» de par le monde. En croyant résister, les manifestants les plus violents précipitent l’heure du festin de la Bête.
Et l’Etat, en laissant les symboles de son autorité se faire insulter et frapper dans la chair même de ses représentants, se rend complice de l’affaiblissement général de la France, économique et politique... Moral, même.
Dans un tel contexte de montée de menaces tous azimuts, quelle organisation d’hommes et de femmes serait assez stupide pour prendre le risque de fragiliser encore les dernières digues qui protègent nos modèles de sociétés qu’ils croient défendre.

La CGT, en décidant de bloquer l’impression et la distribution des quotidiens nationaux dans le cadre de la journée de mobilisation contre la loi El Khomry, offre aux Français une belle occasion de juger des contradictions fondamentales d’une forme de syndicalisme qui, lui aussi, est appelé à se réformer.

Une France qui perd des places sur l’échiquier mondial. Une formidable aubaine pour les extrêmes !

REAGIR »

Identifiez-vous

Enregistrez-vous

^ Haut de page